Viv(r)e la recherche se propose de rassembler des témoignages, réflexions et propositions sur la recherche, le développement, l'innovation et la culture



Rechercher dans ce blog

dimanche 22 avril 2018

Macron l’Américain s’attaque à la laïcité à la française


Discours étonnant d’Emmanuel Macron le 8 avril 2016 devant la Conférence des Evêques de France. Dans un style assez amphigourique, qui devient sa marque de fabrique, il a accumulé les perles inquiétantes, un véritable collier qui constitue une attaque intégrale contre la conception républicaine de la laïcité.  Extraits :

“Le lien entre l’Eglise et l’Etat s’est abîmé, il nous importe à vous comme à moi de le réparer”

« Lien » de la part de la part de quelqu’un qui maitrise aussi bien le langage de Macron est assez significatif et significativement dangereux. La laïcité, c’est d’abord l’indépendance des pouvoirs temporels et spirituels théorisé entre autre par les républicains positivistes à la Jules Ferry, c’est l’Eglise hors de l’Etat et l’Etat hors de l’Eglise, c’est selon Pierre Laffitte : la religion, quelle qu’elle soit, n’est plus d’ordre public.

Il n’y pas dans la République laïque de « lien » entre l’Etat et l’Eglise, l’Eglise catholique, ou toute autre Eglise ou toute autre religion. Et quand ce lien aurait-il été cassé ? Par la loi de 1905 ? Par les controverses sur le mariage gai, où, rappelons-le, il n’a jamais été question de contraindre les catholiques ou toute autre religion à bénir religieusement les mariages homosexuels…

« L’Etat et l’Eglise… exercent tous deux  une autorité et même une juridiction ! »

Non, mille fois non ! l’Etat exerce une autorité politique, temporelle sur l’ensemble des citoyens, l’Eglise –catholique en l’occurrence, un magistère spirituel sur ceux qui le veulent bien. Alors une juridiction !!! Il veut quoi Macron ? En revenir à l’Inquisition ? Ou vise-t-il autre chose : des accommodements raisonnables comme au Canada qui permettraient à la communauté musulmane d’exercer effectivement une juridiction basée sur la charia ! C’est une conception communautariste à l’américaine, parfaitement contraire à la laïcité républicaine !

 « Un engagement politique auquel j'appelle les catholiques pour notre pays et pour notre Europe »…

La France ne connait pas les partis confessionnels. Si les catholiques ou les sectateurs d’autres religions ont non seulement le droit et même le devoir en tant que citoyens français de participer à la vie politique de leur pays, ils n’ont aucun droit à le faire en tant que catholiques, ou musulmans, ou boudhistes, ou partisans de Raëls,  ou même confucéens.

 Ou alors quoi ? Macron souhaite une Fraternité Catholique qui s’allierait parfois à une Fraternité musulmane (tiens, comme dans Soumission !) pour combattre « l’intégrisme laïc » ? Houellebecq reviens !, il devient fou !

« Vous êtes aujourd'hui une composante majeure de cette partie de la Nation qui a décidé de s'occuper de l'autre partie celle des malades, des isolés, des déclassés, des vulnérables, des abandonnés, des handicapés, des prisonniers. »

Vielle antienne, vieux rêve de la secte libérale que cet éloge de la charité se substituant aux devoirs sociaux de l’Etat. A bas l’Etat social, que l’on démantèle par tous les bouts, vive le rôle social des Eglises. Mais enfin, c’est exactement comme cela que les frères Musulmans se sont progressivement imposés dans des Etats et des sociétés autrefois relativement laïques, prospérant comme un cancer sur le terrain social abandonné par l’Etat pour faire avancer leur projet de retour à un ordre théocratique totalitaire.

Et puis, c’est quand même un peu fort de café. Macron ne cesse d’affaiblir tous les corps intermédiaires, avec les syndicats en principale ligne de mire, mais aussi les élus locaux, les institutions comme le Conseil Economique et Social, les Conseils généraux, etc. Et le seul « corps intermédiaires » auxquels il reconnaitrait une légitimité, ce serait l’Eglise ou les Eglises !!!!

« une Eglise prétendant se désintéresser des questions temporelles n’irait pas au bout de sa vocation »

Non, elle la trahirait ! De Pascal à Auguste Comte, la séparation des pouvoirs temporels et spirituels est la base de la laïcité républicaine.

« dans ce pays de France qui ne ménage pas sa méfiance à l’égard des religions »

Il me semble moi, que ce sont plutôt les partisans de la laïcité, les partisans de la liberté spirituelle, les agnostiques, les athées, les libres penseurs qui sont menacés, et de plus en plus, en France. 
Le massacre de Charlie Hebdo, les morts de Cabu, Charb, Honoré, Tignous, Wolinski, Elsa Cayat, Bernard Maris, Franck Brinsolaro, Mustapha Ourrad, Michel Renaud, Frédéric Boisseau, Ahmed Merabet, c’est déjà oublié !! 
Et ce qui est plus inquiétant encore, c’est le nombre croissant, surtout parmi les jeunes, de ceux qui pensent que ces martyrs de la liberté l’avaient quelque part, un peu cherché, par leur manque de respect vis-à-vis de la religion. Nous ne sommes pas loin du rétablissement du délit de blasphème, en tout bien, tout respect.

« Je sais que l’on a débattu comme du sexe des anges des racines chrétiennes de l’Europe. Et que cette dénomination a été écartée par les parlementaires européens »

Oui, il y a des racines chrétiennes de la France, il y a la trêve de Dieu, il y a les ordres de Cluny, de Citeaux, il y a Héloïse et Abélard, il y a « ce monde entier se libérant, rejetant le poids du passé et se revêtant d'un blanc manteau d'églises », il y a les cathédrales, et tant d’œuvres d’art incompréhensibles sans la culture chrétienne, et il y a tout cela auquel on peut, on doit rendre hommage et qui doit être présent encore plus dans nos cours d’histoire,

Mais il s’agit de culture, pas de culte ! et entretenir la confusion entre les deux est dommageable au plus haut point. Nous sommes sortis de l’ordre théocratique, passés par l’âge métaphysique des Lumières et de la Grande Révolution et progressivement entré dans l’ordre positif. Il n’y aura pas de retour en arrière, sauf par la plus atroce tyrannie.

Et puis, il y un peu aussi tout de même les racines celtiques et romaines préchrétiennes- cette magnifique coolitude religieuse qui faisait inscrire aux Romains sur leurs stèles : «  au dieu ou à la déesse de Cassis »

 « la laïcité n’a certainement pas pour fonction de nier le spirituel au nom du temporel, ni de déraciner de nos sociétés la part sacrée qui nourrit tant de nos concitoyens. »

En effet. Mais tout le reste et tout le ton du discours suggère que les Eglises auraient le monopole du spirituel, le monopole de l’émerveillement devant le monde, la vie, la beauté, la bonté ou la cruauté, du questionnement sur la nature, le destin, le rôle, les devoirs de l’homme et de l’Humanité. Non, ni l’Eglise catholique en particulier, ni les religions théistes en général n’ont le monopole du spirituel, et le Chef de l’Etat, garant de la laïcité, faillit gravement à son rôle, comme l’a très bien relevé Jean Glavany.

« les liens les plus indestructibles entre la nation française et le catholicisme »

!!!! Il fut un temps ou le Parti Catholique choisissait l’Espagne plutôt que la France et faillit détruire la nation française, bénissant l’égorgement des Français les uns par les autres. C’est aussi de ce refus des guerres de Religion, du Parti politique de Michel de l’Hôpital et de Montaigne, et nos rois qu’est un peu finalement sorti aussi notre laïcité.*

« La République que vous (catholiques) avez si fortement contribué à forger »

!!!! Le pape Pie X doit se retourner dans sa tombe... Sa condamnation du Sillon et de Marc Sangier, désireux de réconcilier l’église et la République fut-elle une illusion ? Et les menaces d’excommunication contre les parlementaires qui voteraient la loi de séparation, illusion aussi ? (Jean Glavany, remarquable tribune sur http://www.laicite-republique.org/j-glavany-les-4-erreurs-d-emmanuel-macron-12-av-18.html)

« Une exigence chrétienne importée dans le champ laïc de la politique.. C’est ce qu’ont apporté à la politique française les grandes figures que sont le Général de Gaulle, Georges Bidault… »

Alors là, champion dans le confusionnisme historique !!! Placer comme exemple de chrétiens exemplaires, l’un à côté de l’autre, De Gaulle et Bidault, qui fut l’un des chefs de l’OAS, l’un voulant tuer l’autre et réciproquement, il fallait oser !!! C’est En Marche en Grand Ecart. Mais peut être une occasion de rappeler que De Gaulle pratiquait assez peu le pardon chrétien des offenses….

Donc, un discours amphigourique, qui sombre parfois dans la plus grande stupidité, mais surtout un discours dangereux qui dynamite, par volonté, ignorance ou incompréhension, toutes les bases de la laïcité républicaine française. On avait vu lors de son intronisation Macron l’Américain chanter la Marseillaise, comme personne ne le fait en France, la main sur le cœur, comme les prêcheurs américains. Il y a aussi maintenant de plus en plus Macron l’Américain qui démantèle la laïcité et se fait le chantre du communautarisme. A mois qu’il n’y ait aussi l’influence de Ricœur, la tradition philosophique la plus ridicule du siècle dernier, dont les étudiants de Mai 68 eurent quelque raison de faire le premier doyen couronné d’une poubelle.


Résultat de recherche d'images pour "laicité Macron"

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire